pexels-pixabay-460295.jpg

Accompagnante à l'interruption de grossesse : un rôle novateur

Je souhaite dépasser le débat du pour ou du contre pour parler du comment !

Ouvrons des espaces de réflexion autour de l’interruption de grossesse : manque de bienveillance, entraves, gestion des émotions, violences institutionnelles, place des coresponsables…

Tisseuse de soi a été pensé pour être une ressource pour toutes les personnes qui ressentent le besoin de mieux comprendre cet événement de vie. Notamment pour celles qui ont décidé d’avorter et qui ne se sont senties ni écoutées, ni soutenues et qui n’ont pas bénéficié d’une présence bienveillante.

Penser que les femmes voudraient absolument passer à autre chose sans y repenser induirait que ce serait nécessairement un événement négatif. Le spectre est plus large.

 

Accompagner une interruption de grossesse permet dans un premier temps :

  • d'informer la personne sur les choix possibles de méthodes, sur le déroulement afin qu'elle obtienne les soins qui lui correspondent.

Mais aussi :

  • de cheminer en douceur vers un mieux être du corps et de l'esprit en étant guidé au travers des émotions et de besoins, afin de t'aider à déterminer ce qui permettra d'aller bien. Le but est que la personne accompagnée puisse être actrice de son soin, de manière à ce que son mieux être s'inscrive dans le temps. 

Je ne me soustrais pas au personnel médical, le but est d'offrir un accompagnement complémentaire et holistique pour prendre soin. 

Les accompagnements se basent sur un protocole individuel que je construis tout au long de nos échanges. 

    Ces accompagnements permettent : 

 

  • de bénéficier d'un soutien émotionnel dans un espace d'écoute bienveillant, sécurisant, attentif et personnalisé dans une bulle de confiance ;

  • d'accueillir ce que tu as besoin d’exprimer et de t’accompagner pour nommer tes ressentis, besoins et émotions  ; 

  • de t’écouter et de t'épauler en respectant tes émotions, tes valeurs, tes croyances, ton mode de vie et ta culture ;

  • d'être une source d'informations fiable et sécurisante pour répondre à tes éventuelles questions ;

  • de partager ton histoire.

Si l'interruption de grossesse n'a pas encore eu lieu : 

  • de te préparer au milieu médico-social et aux demandes qui peuvent y être formulées ;

  • de nommer en amont tes besoins, pour que tu puisses les exprimer le jour J (seules les demandes que tu as exprimées pourront être prises en compte et revendiquées). 

« Je serais un peu comme un tuteur de la jolie plante que tu es »

    Mon rôle n’est pas : 


- d’émettre des avis ou des conseils ; 
- d’interférer dans le processus de décision ; 
- de me souscrire aux acteurs de la santé ;
- de m'impliquer dans une situation qui me mettrait en danger.