pexels-mikael-blomkvist-8689920.jpg

Violences Obstétricales et Gynécologiques
 

Dites V.O.G.

Définition : « Les violences obstétricales et gynécologiques sont (…) un ensemble de gestes, de paroles et d’actes médicaux qui vont toucher à l’intégrité physique et mentale des femmes de façon plus ou moins sévère. Ces actes ne sont, d’une part, pas toujours justifiés médicalement, et d’autre part, s'opposent, pour certains aux données et recommandations scientifiques actuelles. » IRASF

Violences verbales / morales :

  • Jugement, infantilisation, culpabilisation ;

  • Ne pas demander le consentement ;

  • Montrée l'échographie, remettre la photo de l'échographie ;

  • Faire écouter le cœur ;

  • Tous comportements qui ne respecteraient pas votre intégrité morale. 

Violences physiques :

  • Intervention sans consentement, actes non justifiés ;

  • Absence d'anesthésie efficace ;

  • Imposer la nudité inutile ;

  • Agressions sexuelles ;

  • Toutes violences qui ne respecteraient pas votre intégrité physique. 

Violences législatives (qui ne respectent pas les lois) :

  • Mauvaise orientation des patientes par rapport au délai de la grossesse ;

  • Absence de consentement libre et éclairé ;

  • Absence de choix de la méthode  ;

  • Impossibilité d’accéder à des soins ;

  • Imposition d’un moyen contraceptif.  

Que faire en cas de violences obstétricales et gynécologiques ? 

Ces recommandations visent à sensibiliser et informer, elles ont été rédigées en pleine conscience qu'il n'est jamais évident de se défendre de violences quelles qu'elles soient. 

  • Avant tout, il faut être en mesure de reconnaître sa peur et d'apprendre à la contrôler. 

  • Il faut être informé, notamment pour connaitre ses droits. 

  • Il faut se préparer (par exemple en anticipant certaines questions ou commentaires et préparer des réponses).

  • Être accompagné·e.

Consulter le Guide sur les VOG dans le cadre de l'avortement.
Une traduction et adaptation de la publication “Violence obstétricale et avortement. Quelques idées d’autodéfense pour les femmes qui décident d’avorter”, publié par Women Help Women.

  • Dénoncer les VOG

Ne pas hésiter à mettre des commentaires sur les pages Google ou autre pour permettre aux prochaines personnes qui prendront rendez-vous d'être informer. 

L'IRSAF (Institut de recherche pour la santé des femmes) met un formulaire en ligne à remplir pour dénoncer les VOG. 


 

Violences obstétricales et gynécologiques VOG